…Don’t know when I’ll be back again.

Once again my work demands that I jet off to foreign parts. In this instance to Montréal for Ubuntu Below Zero where I shall be partaking of much geekery, card playing, RHPS viewing/participating and, I suppose, a certain amount of work.

This time, as a parting shot^Wgift I offer you the first rough-cut of “Je m’en vais sur un avion” as murdered^Wtranslated by myself and teh_nattie one sorry evening after much curry.

Je m’en vais sur un avion

Mes valises sont remplis, je suis prêt
Devant ta porte je me mets,
Il ne me plaît pas de te réveille. Mais l’aurore vient, le matin tôt,
Le taxi attend, klaxonnant,
Déjà suis-je si seul que je pourrais mourir. Donc bise moi, sourire pour moi,
Dis moi que tu m’attendras,
Tiens-moi comme tu ne me laisse jamais partir. Car je m’en vais sur un avion,
Sais-pas quand je retournerai,
Oh chérie, comme j’haïsse partir. Il-y-a tant de fois que j’t’ai déçu,
Tant de fois que j’ai triché,
Je te dis que cela n’a rien a dire. N’importe ou je vais, je pense a toi,
Chaque chanson que je chante, je chante pour toi,
Quand je reviens je porterai ton anneau. Donc bise moi, sourire pour moi,
Dis moi que tu m’attendras,
Tiens-moi comme tu ne me laisse jamais partir.

Car je m’en vais sur un avion,
Sais-pas quand je retournerai,
Oh chérie, comme j’haïsse partir. Maintenant c’est l’heure de te laisser,
Encore un fois, oh, laisse-moi t’embrasser,
Et ferme tes yeux, et je m’en irai. Rêve donc aux jours qui suivent,
Pendant que je ne dois partir tout seul,
Et de quand il ne me faudra jamais dire. Donc bise moi, sourire pour moi,
Dis moi que tu m’attendras,
Tiens-moi comme tu ne me laisse jamais partir. Car je m’en vais sur un avion,
Sais-pas quand je retournerai,
Oh chérie, comme j’haïsse partir. Et je m’en vais sur un avion,
Sais-pas quand je retournerai,
Oh chérie, comme j’haïsse partir.

Comments on this page are closed.